Fichier Raw, retouche, développement, et pourquoi je ne rend pas toutes mes photos « brutes » après un shooting.

_ « Puis-je avoir toutes les photos de la séance ? Pas besoin de les retoucher hein ! »

_ « Hum… Alors, non, je ne donne pas mes fichiers au format Raw, et ce n’est pas un problème de retouche, mais plutôt de développement. »

_ « Le format quoi ? »

_ « Hum, entrez avec moi dans ce château, et laissez-moi vous expliquer… »

Des notions pas faciles à appréhender, parce que depuis le numérique, les gens oublient qu’une photo, bien avant de devenir une image à accrocher dans votre salon, c’est avant tout de simples données enregistrées par votre reflex à un instant T ! Et que ces données, il faut les interpréter pour en faire une image… Ou bien laisser votre appareil le faire à votre place, ce que je ne fais pas 🙂

PS : lien vers le château super méga génial qui sert de décor à la vidéo 😀 https://www.chateau-medieval.com/

Le fichier Raw VS le fichier Jpg

Le fichier Raw, de l’anglais « brut », est simplement tout un tas de données captées par votre appareil lors du déclenchement de la photo. Ce fichier contient aussi des données propres à votre appareil, selon sa marque. Ce n’est pas encore une image, tant que ces données ne sont pas interprétées ! Pour imager, c’est un peu l’équivalent de la pellicule pour l’argentique : l’origine de la photo, mais pas encore vraiment « la photo » à proprement parler. Attention, le fichier ne s’appellera pas photo.raw, l’extension dépend de votre marque de votre appareil photo (.crw .cr2 pour Canon, .arw pour Sony…).

Lorsque vous photographiez au format Jpg, l’appareil va capter des données, et effectuer à la suite des légers traitements, comme la balance des blancs, ou des ajustements de luminosité… Cela, sans vous demander tellement votre avis ! Alors oui, vous pouvez faire certains réglages directement sur votre appareil avant de prendre la photo, et à ce moment le fichier Jpg en tiendra compte, mais il va aussi se permettre quelques libertés, et surtout, vous ne pourrez pas tellement changer d’avis après coup, sans risque de dégrader la qualité de votre image.

Ce que vous propose le Raw, c’est de faire vos réglages sur votre Reflex, de prendre votre photo, et ensuite, de pouvoir le passer sur l’ordinateur, et le développer vous-même avec un logiciel de post-traitement ! (exemple : Lightroom). Vous pourrez alors jouer avec la luminosité, les balances des couleurs, et tout ce que vous voudrez, à ce moment là sans perte de qualité (sauf abus de votre part sur les curseurs). Une fois que vous êtes ok sur vos paramètres, vous pourrez alors enfin « exporter » votre Raw au format Jpg : là, ce sera enfin une image ! Et surtout : vous pouvez changer d’avis autant de fois que vous voudrez, puisque vous conservez votre Raw.

J’espère vous avoir donné un peu de lumière sur ces termes barbares !

Le Raw est-il « meilleur » que le Jpg alors ?

Cette question n’a tout simplement aucun sens, puisqu’on ne parle pas de la même chose. Est-ce qu’une pellicule est meilleure qu’une photo argentique…? Bon. Si vous voulez post-traiter vos photos, alors le Raw a un intérêt, mais sinon, vous n’avez pas spécialement besoin de vous embêter si vous souhaitez juste faire des photos souvenir de vos vacances sans les optimiser derrière.

Qu’elle différence entre retouche et post-traitement ?

Les termes de « traitement », « post-traitement » ou « développement », concerne cette façon de traiter un fichier Raw pour en extraire un Jpg, en touchant à la balance des blancs, la luminosité… La retouche, ça va plutôt être lorsque vous transformez délibérément votre image, par exemple en effaçant un bouton, en changeant la couleur des yeux de votre modèle…

Le Raw et le droit d’auteur

Un autre avantage du fichier Raw, est que cela peut vous aider en cas de litige pour le droit d’auteur d’une photo. Par défaut en France, si vous êtes l’auteur d’une photo, alors personne ne peut vous enlever ce droit. Cette image vous appartient. Mais si vous avez un fichier Jpg sur votre ordinateur, et que votre voisin l’a copié, alors, dur de prouver que c’est vous qui l’avez eu en premier ! Sauf… Si vous avez également le fichier Raw, qui est « la source » de la photo, contenant plus de données, et pas lui. En effet, c’est forcément la preuve que la photo vient de vous à la base ! Alors : tout comme vous n’auriez pas donné votre pellicule argentique, ne donnez jamais vos fichiers Raw, ne partagez que les Jpgs !

Infos & Tarifs Cours et Stages Photo à Nantes

Que vous soyez photographes ou modèles, ou même ici par hasard, j’espère que je vous aurai éclairé sur ces sujets qui me tiennent à cœur 🙂

Inscrivez-vous à ma liste d'e-mail pour ne louper aucune nouvelle, et recevez un PDF cadeau : "Poses et astuces pour photographes et modèles".

Merci de m’avoir lue jusqu’ici, et bonnes photos ! 🙂

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Daureu Nathalie dit :

    très bonne explication qui nous permet de mieux saisir la différence entre le raw et le jpeg, avec des termes simples et compréhensibles par tous.
    j’adore les quelques secondes de fin..;))

    1. Tilwing dit :

      Héhéhé merci ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *